1 an déjà

Allô les amis !

Aujourd’hui est un grand jour pour nous……Ça fait 1 AN que nous sommes ici 🙂

Petit retour en arrière  :

16 août 2017 : ça y est, c’est le grand jour, on s’envole pour le Canada, et plus précisément pour Montréal (QC).

C’est un peu tendu, on a peur d’avoir oublié des choses (et on en a surement oublié), on espère que tout ce passera bien pour les enfants, pour le chien, pour nous dans l’avion.

On a imprimé les papiers en 15 fois, au cas où on en perdrait 14.. au moins on en aura un !! Et oui ça c’est nous, on est comme ça : TOUT dans la demi-mesure !!!

On est parti en ayant pris soin de réunir nos familles quelques semaines avant, et d’en profiter jusqu’au dernier moment, pour être sûr de combler un manque qui arrivera probablement.

Les raisons pour lesquelles nous avons atterris ici sont simples : une envie d’ailleurs, un pays qui nous attirait et, faut l’avouer, une forte envie de quitter notre routine quotidienne !

Mais, on vous l’avoue, on a des âmes « d’aventuriers-à moitié » car nous sommes partis en gardant notre maison en France « pour le cas où » et en posant 1 année de congés sabbatique dans nos emplois respectifs « pour le cas où ». Et à vrai dire, nous avions en tête de rester 1 an !

 

16 août 2018 : Bon bah on est toujours là, à Montréal !!!

Beaucoup de choses ont changées.

On a déménagé au 1er juillet (comme beaucoup de québécois) pour prendre un appartement plus LUMINEUX !!! J’aime le charme des vieux appartement Montréalais. C’est vrai. C’est extrêmement beau ! Surtout l’hiver. Mais vivre en rez-de-chaussée (pas en rez-de-jardin.. qui est quasi en sous-sol) c’est vivre constamment la lumière allumée ! Du matin 8h (oui, nous ne sommes toujours pas des lèves tôt), jusqu’à l’heure du couché. Aujourd’hui on vit dans ce qui s’appelle ici un Condo. Là, c’est un appartement récent, dans un immeuble récent. Et on est heureux de pouvoir retrouver le confort (presque) que nous avons laissés en France 🙂

On a démissionné de nos entreprises françaises. Là aussi c’est une étape. Enfin surtout pour moi. Quitter une entreprise dans laquelle j’avais fait ma petite carrière, depuis 9 ans, ce n’est pas rien. Mais ça y est c’est fait. Et pour vrai, je suis contente d’avoir fait ce pas. Car malgré tout, je crois que j’y restais plus par confort qu’autre chose. Même si j’adorais mon travail et mes collègues, il était temps de tourner la page et d’écrire une autre histoire dans mes expériences professionnelles.

On a « acheté » une voiture. C’est peut-être rien pour vous. Et d’ailleurs beaucoup de Montréalais vous diront que ce n’est pas utile d’avoir une voiture en ville. Peut-être. Mais nous, on a la sensation de revivre ! Un hiver sans voiture c’est comme un Ferrero-Rocher sans noisette grillée au milieu (cette comparaison est de moi-même…ça fait juste presqu’un an que je n’ai pas mangé de Ferrero!). On était dans un quartier ou le métro n’est pas présent. Les bus étaient réguliers, mais parfois ne passaient pas… Tu sais, quand il fait un -20 degrés ressenti -50 (oui j’exagère beaucoup.. mais un -20 ressenti -20 c’est déjà pas mal, non ?!) et que t’attend 20 minutes de plus pour avoir le prochain… s’il vient !

Alors, quand nous avons changé d’appartement, nous avons eu la chance d’avoir avec une place de parking en sous-sol. Et là BINGO, on a repris en location longue durée la voiture d’expatriés français qui rentraient au pays. Bon qu’on se le dise, pour l’instant on est pas allé bien loin avec, mais on sait qu’on peut le faire alors rien que ça nous rend heureux…et nous allège de quelques $ par mois… mais on peut pas tout avoir 😉

On a chacun pu se faire une expérience professionnelle de l’autre côté de l’Atlantique. David est toujours en poste pour l’entreprise qui l’a recruté, dans son domaine : la sécurité informatique. Et moi je suis en pleine reconversion professionnelle. Après avoir passé 9 ans dans l’assurance, alors que j’avais en poche un diplôme en Marketing et Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, j’ai décidé de retourner à mes premiers amours. J’ai décroché un stage rémunéré d’un peu plus de 3 mois, en plein coeur de l’hiver, dans une belle entreprise québécoise. Le challenge était beau, et plutôt pas mal réussi :-). Les missions principales étaient vraiment top. Par contre, cette expérience a été compliquée pour moi concernant les règles drastiques imposées par ma supérieure directe. Pour n’en citer que 3 : l’heure précise à laquelle tu dois pointer alors que j’étais ces dernière années en France dans une certaine liberté d’horaire, et que je me consacrait plus à mon métier qu’au nombre d’heure à faire (parfois il fallait faire moins d’heures et d’autres jours plus, tant que le travail était fait!). La tenue vestimentaire (si d’anciens collègues me lisent, ils se rappelleront à quel point pour moi la tenue n’est pas essentielle.. tant qu’on est pas en représentation clientèle ou à un congrès par exemple) … et là je ne vous parle pas d’arriver complètement « mal-sapé » au travail. Je vous parle de porter un jean brut (sans trou !!!) les autres jours que le vendredi (le fameux « friday-wear ») qui était interdit … alors que je marchait pendant près de 20 minutes dans le froid tous les jours pour arriver jusqu’au boulot et que je ne voyait AUCUN client. Et la troisième chose et pas la moindre : L’ESPRIT D’ÉQUIPE inexistant ! Ça a peut-être été le plus dur pour moi. Nous étions 3 dans « l’équipe » mais j’ai vraiment eu la sensation de faire une équipe de 2 ! Alors, c’est vrai, mon ancien job était en lien avec l’esprit d’équipe. C’était d’ailleurs mon rôle premier au sein du service dans lequel je travaillais. Et là, ça a été un changement radical pour moi… peut-être trop d’un coup!

Alors, cette expérience n’a pas été ni bonne, ni mauvaise. J’ai appris beaucoup de chose sur le métier que je souhaitais faire, j’ai peaufiner ma réflexion …. mais j’ai surtout appris que j’avais de gros efforts à faire sur l’application des règles strictes des entreprises. J’en sors grandie, non sans mal. Cette expérience n’est que mon histoire avec une entreprise ici. Je ne généralise pas car certains sont très heureux dans leurs premiers jobs ici et y feront peut-être carrière. Ça m’a ouvert les yeux sur le confort que j’avais professionnellement avant de partir. Même si aujourd’hui je suis contente de ne pas être resté dans cette zone de confort car c’est bien d’en sortir et de s’ouvrir à d’autres horizons.

Mais mon histoire professionnelle ne s’arrête pas là. Je suis aujourd’hui associée, d’une entreprise en noms collectifs, qui commence doucement à déployer ses ailes 🙂 Je vous en reparlerais peut-être un de ces jours.

On a adoré l’automne ! Les couleurs de la ville, mais aussi à l’extérieur, sont assez exceptionnelles. Je ne pensais pas qu’il existait autant de nuances de rouge, d’orange ou de jaune. Juste WOUAOUH !

On a survécu à l’hiver ! Oui on est toujours bien là !!! On l’a presque même oublié ce satané hiver rude… ah c’est pas moi qui le dit : c’est les québécois eux mêmes !!! On nous a plusieurs fois dit « oh la la, cet hiver là est vraiment dur! On en a pas connu des comme ça depuis plusieurs années ». Ah bah on est content de le savoir ! Et surtout on est content d’être toujours en vie. Pour vrai, l’hiver a été une période compliquée : le froid (bien évidemment), la difficulté à se déplacer pour profiter des joies extérieurs, la glace, le manque de luminosité (« vitamine D, où étais tu cet hiver ? ») et puis la période des fêtes.. dur à gérer loin de ses proches. La petite déprime hivernale était bien présente. Mais une fois le printemps arrivé, on a tout oublié ! Et puis l’hiver, faut le dire : qu’est ce qu’elle est belle la ville sous la neige ! Et les enfants adorent ça, jouer dans la neige (ça peut d’ailleurs rallonger ton trajet à pieds de 10 minutes, en trajet à pieds de 3/4 d’heure… le temps de faire 150 boules de neige, un bonhomme de neige et une bataille de boule de neige !).

On savoure l’été ! Punaise ce que c’est bon de sentir le soleil t’éblouir (et te faire éternuer aussi). On ne peut pas le ressentir tant qu’on ne l’a pas connu. Mais qu’est ce que j’ai attendu ces premiers rayons de soleil ! Un peu comme la première pluie d’ailleurs. Sentir les gouttelette d’eau te tomber sur le visage, ça m’a fait me sentir vivante ! Après avoir passé plusieurs mois sous 40 couches de vêtement (oui, j’exagère !) et 60 écharpes (oui, là aussi j’exagère), quand la première pluie qui est tombée : j’étais heureuse. Bon après un peu moins quand d’un coup il te tombe 50 litres d’eau sur toi en 5  minutes (non, la j’exagère pas !).

Bref, revenons en à notre soleil… l’été est chaud (et humide !!! parfois irrespirable), on profite des piscines extérieurs gratuites ! On peut même aller jusqu’au métro à pieds, on ne met que 15 minutes. C’est rien 15 minutes quand il fait beau !

On sera quand même passé de – 40 degrés à + 40 degrés en quelques mois !!!

Ah et puis, niveau nourriture : NON on n’a pas pris 10 kilos en 1 an, même pas 5, même pas 1 ! On a plus perdu ! Depuis qu’on est ici, on fait vachement attention à notre alimentation. Peut-être un peu plus qu’avant ! Mais une choses est sûre c’est qu’on s’est presque adapté aux « coutumes culinaires » d’ici. On boit très peu de vin, et on mange du fromage « français » uniquement lorsqu’il est en « spécial » (promo) à l’épicerie. Par contre du cheddar, ça oui on en mange !

Et niveau langage ? On ne parle pas mieux anglais ! La langue ici, c’est le français. Par contre on dit beaucoup plus de « tsé » au début ou à la fin de nos phrases. Nos enfants ne portent plus de tee-shirt mais des chandails, ils ne portent plus de chaussettes mais des bas, ils ne disent plus qu’ils ont fait une « bêtise », quand ils ont renversé un verre par exemple, mais ils disent qu’ils ont fait un « petit » ou un « gros » dégât, en fonction de la quantité renversée !

Bref, les enfants se noient dans la masse, pour notre plus grand bonheur. On est heureux de pouvoir leur offrir la chance de grandir ici. Les valeurs d’entraide, d’estime de soi, de confiance en soi sont présentes constamment pour les enfants. Que ce soit à la garderie, à l’école ou bien même dans la rue, au restaurant ou au parc. Les enfants ici sont heureux, et c’est aussi pour ça que nous sommes là et que nous poursuivons notre aventure ici.

Et sinon, il nous manque quoi de la France ?

Nos proches, familles et ami(e)s. Nos chats qui sont restés en France sous bonne protection (Merci !). La bouffe ! Les paysages français magnifiques. Et bien évidemment : le SECOND DEGRÉS.

Alors, du coup, est ce qu’on pense rentrer ?

Ce n’est pas prévu dans nos plans à court terme. 😉

Je ne pensais pas écrire autant, car à vrai dire, je vous avais préparé une « petite » vidéo pour vous montrer notre première année en image….

Je vous la laisse là 🙂

 

 

On vous embrasse bien fort !

Et surtout n’hésitez pas à nous mettre un commentaire pour nous faire part de votre propre expérience, ou juste pour nous faire un petit coucou 🙂

Et si vous souhaitez lire d’autres expériences, vous trouverez le bilan d’Audrey, Charlie et Mickaël, arrivés 1 jour avant nous à Montréal, ici : 1 an à Montréal, on fait le bilan !

 

A bientôt

Céline – La famille DuRaisinAlErable

You may also like

4 commentaires

    1. Merci Audrey ! 🙂 Et oui, au bout des 11 mois de congé sabbatique il fallait prendre une décision … c’était pas la plus facile, mais c’était une étape libératrice ! Bon et maintenant, on les fêtes quand nos 1 an ??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *